Le forum de la Protection Animale

Bienvenue sur le forum...

Bonjour vous pouvez vous enregistrer cela ne vous coute rien ce forum est gratuit

L'équipe modération.
Le forum de la Protection Animale

PA : Et vogue les rumeurs
@EtVLaR (facebook)


Gard : un chien traîné derrière une voiture, le propriétaire dépose plainte

Partagez
avatar
Origami
Diffuseur
Diffuseur

Messages : 197
Date d'inscription : 18/02/2016

En cours Gard : un chien traîné derrière une voiture, le propriétaire dépose plainte

Message  Origami le Mar 2 Jan 2018 - 12:35

A Saint-Étienne-des-Sorts, le propriétaire de Rocky a déposé plainte auprès de la gendarmerie.



L'incompréhension et la colère, tels sont les sentiments qui animent Éric de Sousa, un habitant de Saint-Étienne des Sorts. Celui-ci a retrouvé son chien avec de graves blessures sur les hauteurs du village. “Vendredi 29 décembre, vers 20 h, lorsque je suis rentré chez moi, le portail était fermé et mon chien n'était plus dans le jardin. C'est vers 20 h 45 qu'un chasseur est venu me dire qu'il avait vu mon chien, blessé, sur les hauteurs de Saint-Etienne-des-Sorts. On y est allé, et là, j'ai trouvé mon chien amoché sur le bas-côté. On l'a mis dans son pick-up et ramené à la maison”, explique-t-il. L'animal a été emmené rapidement aux urgences vétérinaires de Bagnols-sur-Cèze.

“Le chien faisait drapeau”

Le lendemain, une voisine et son époux ont contacté Éric de Souza afin de lui apporter leur soutien, mais surtout un témoignage essentiel. Le mari a assuré au propriétaire du chien avoir vu le chasseur attacher l'animal à l'arrière de son pick-up. Le même chasseur qui avait donné l'alerte... “Le mari de ma voisine m'a dit : “J'ai vu le chien qui faisait drapeau derrière le pick-up””.

Plus qu'en colère, Éric de Souza s'est rendu à la brigade de Pont-Saint-Esprit afin de déposer plainte. “Je dois revenir, ce mardi 2 janvier, à la gendarmerie afin de déposer des photos des blessures du chien et un certificat émis par la clinique vétérinaire”, assure-t-il. “On m'a assuré sur place que la personne serait vite entendue. Je ne souhaite pas que cela en reste là”, clame le propriétaire de Rocky. L'animal n'a pas de fracture, mais souffre de plaies musculaires.

Arrow L'article


_________________
«.. je ne mange pas d’animaux. Je ne digère pas l’agonie ».
Arielle Dombasle
avatar
rocha
Junior
Junior

Messages : 13
Date d'inscription : 16/10/2015

En cours Re: Gard : un chien traîné derrière une voiture, le propriétaire dépose plainte

Message  rocha le Ven 5 Jan 2018 - 9:13

En ce moment on entend beaucoup trop parler de ces chasseurs de m...
avatar
Origami
Diffuseur
Diffuseur

Messages : 197
Date d'inscription : 18/02/2016

En cours Re: Gard : un chien traîné derrière une voiture, le propriétaire dépose plainte

Message  Origami le Dim 7 Jan 2018 - 8:04

Suspecté d’avoir traîné un chien avec sa voiture, un chasseur en garde à vue


L’homme a été convoqué au tribunal. Il risque une peine d’emprisonnement de deux ans.

Les habitants de Saint-Étienne des Sorts, une petite commune du Gard, n’en reviennent toujours pas. La semaine dernière, Rocky, le chien d’un riverain a été retrouvé bien amoché. Selon des témoins, l’animal aurait été attaché derrière un véhicule et traîné sur plusieurs mètres.

Comme le raconte le Midi Libre, le 29 décembre dernier vers 20 heures, son propriétaire s’inquiète de ne pas retrouver son animal dans le jardin. Ils réalisent vite que Rocky n’est pas perdu, il a été retrouvé par un chasseur sur les hauteurs du village. "On y est allé, et là, j'ai trouvé mon chien amoché sur le bas-côté. On l'a mis dans son pick-up et ramené à la maison", se rappelle Éric de Souza, le maître de la pauvre bête.

"J'ai vu le chien qui faisait drapeau derrière le pick-up"

Que s’est-il passé pour que Rocky se retrouve dans un tel état? Éric de Souza n’aura la réponse que le lendemain, apportée par un couple de voisins qui ont vu l’impensable. La veille, un chasseur a attaché l’animal derrière son pick-up. "J'ai vu le chien qui faisait drapeau derrière le pick-up" rapporte le mari.

L’auteur de cet acte n’est autre que le chasseur qui a donné l’alerte, un Stéphanois de 59 ans.


Éric de Souza a immédiatement porté plainte à la gendarmerie de Pont-Saint-Esprit. Il a également dû fournir des photos des blessures de son chien, qui souffre de plaies musculaires, ainsi qu’un certificat vétérinaire. "On m'a assuré sur place que la personne serait vite entendue. Je ne souhaite pas que cela en reste là", a déclaré le maître de Rocky.

Il n’aura pas attendu longtemps. Le mercredi 3 janvier, le chasseur suspecté de maltraitance a été interpellé par les gendarmes. Il a été présenté jeudi matin au procureur de la République et sera convoqué au tribunal correctionnel le mois prochain. Selon le quotidien local, il encourt une peine de deux ans de prison et 30.000 euros d'amende.

Arrow L'article


_________________
«.. je ne mange pas d’animaux. Je ne digère pas l’agonie ».
Arielle Dombasle
avatar
Origami
Diffuseur
Diffuseur

Messages : 197
Date d'inscription : 18/02/2016

En cours Tribunal de Nîmes : y a-t-il eu volonté de faire souffrir le chien Rocky ?

Message  Origami le Sam 17 Fév 2018 - 9:32

Le parquet requiert six mois de prison avec sursis à l'encontre du conducteur du 4x4. Le tribunal rendra sa décision le 28 février.



Décision sera rendue le 28 février. Le tribunal se prononcera alors sur la culpabilité, ou non, de l'homme qui avait attaché et traîné un chien à l'arrière de sa voiture, le 29 décembre 2017 à Saint-Étienne-des-Sorts, près de Bagnols-sur-Cèze.

Ce mercredi après-midi, il comparait pour “sévices graves ou acte de cruauté envers un animal”. Une audience correctionnelle qui suscite un intérêt inhabituel : comme souvent avec les affaires traitant de la souffrance animale, les bancs, du public comme de la presse, affichent complet.

Retour sur les faits, d'abord. Ce soir-là, le prévenu (60 ans, casier vierge) trouve l'animal de son voisin sur la voie publique, dans un rond-point. Comme à plusieurs reprises déjà, il s'est échappé du jardin de son propriétaire. Pour “le ramener chez lui”, il choisit de l'attacher à la boule d'attelage de son 4x4 pick-up avec une laisse de 1,20 m. “C'est un gros chien, explique-t-il à la barre, je défie quiconque de le faire monter dans la benne ou à l'intérieur. Je l'avais déjà ramené une première fois dans les mêmes conditions, ce jour-là j'ai voulu faire la même chose. J'avoue : ce n'est pas la meilleure idée que j'ai eue de ma vie...

Le trajet entre le petit giratoire en question et le domicile du propriétaire du chien est d'une petite centaine de mètres. Mais l'homme raconte avoir vu arriver un gros 4x4 et avoir pris une autre direction par peur que ce second véhicule ne percute le chien, en roulant “de 5 à 10 km/h” pour aller faire demi-tour plus loin avant de ramener le chien devant le portail de sa maison. Sauf que le quadrupède a été retrouvé par une voisine plus loin et sérieusement blessé.

Le bilan vétérinaire : une importante “plaie cutanée et musculaire” sur une cuisse, de multiples plaies de brûlures et des coussinets en piteux état. “Moi, quand je le laisse, je ne le vois pas blessé mais c'est vrai qu'il fait noir, se défend le prévenu. C'est tout à fait involontaire si je l'ai blessé. Je l'ai récupéré justement pour ne pas qu'il le soit.” S'en suivent des échanges alambiqués, entre déclarations contradictoires du mis en cause et débats sur la longueur de la laisse ou du parcours.

Des parties civiles en nombre

Les parties civiles sont nombreuses. Me Terrin, qui défend les intérêts des propriétaires du chien, n'a pas de mots assez durs envers le conducteur. “Vicieux.” “Machiavélique.” “La psychiatrie ne nous donne pas d'éclairage, alors il faut opter pour la cruauté, lance l'avocate marseillaise, spécialisée dans ce type de dossiers. C'est quelqu'un de potentiellement dangereux.”

Quelles seraient ses motivations ? “C'est un chasseur, argue-t-elle, c'est la seule explication que j'ai trouvée.” Elle réclame 5 000 € de dommages et intérêts pour ses clients, en remboursement des préjudices et pour les frais vétérinaires, passés et à venir (près de 700 € à ce jour).

La SPA, les fondations Brigitte Bardot, 30 millions d'amis, Assistance aux animaux, la Société nationale de défense des animaux (SNDA) et l'association Stéphane Lamart se portent aussi partie civile, réclamant chacune au prévenu de 900 à 1 000 € et le remboursement des frais de justice.

Pour le parquet, “l'acte de cruauté” est bien constitué. Gaëlle Ortiz pointe aussi du doigt le comportement du prévenu : “Heureusement que des voisins vous ont vu, sinon nous ne saurions pas ce qui est arrivé à ce chien !” Elle requiert  six mois de prison avec sursis et l'interdiction à vie de détenir un animal.

En charge de la défense, Me Carmelo Vialette débute sa plaidoirie en soulignant le nombre d'associations parties civiles, “venues chercher une condamnation et un quantum (de l'argent, NDLR).” L'avocat nîmois tente de démontrer que les faits de prévention ne tiennent pas. “Il faut faire la distinction entre la morale et le droit, dit-il. Mon client n'a pas “commis des actes de cruauté intentionnellement et dans le dessein de provoquer des souffrances ou la mort”, comme le dit la loi. Il a été maladroit.”

Arrow L'article


_________________
«.. je ne mange pas d’animaux. Je ne digère pas l’agonie ».
Arielle Dombasle

Contenu sponsorisé

En cours Re: Gard : un chien traîné derrière une voiture, le propriétaire dépose plainte

Message  Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 25 Juin 2018 - 7:42