Le forum de la Protection Animale

Bienvenue sur le forum...

Bonjour vous pouvez vous enregistrer cela ne vous coute rien ce forum est gratuit

L'équipe modération.
Le forum de la Protection Animale

PA : Et vogue les rumeurs
@EtVLaR (facebook)


Quand les chasseurs pleurnichent et se victimisent auprès du président de la République

Partagez
avatar
Origami
Diffuseur
Diffuseur

Messages : 134
Date d'inscription : 18/02/2016

Quand les chasseurs pleurnichent et se victimisent auprès du président de la République

Message  Origami le Ven 3 Nov 2017 - 15:10


Le tollé suscité par une chasse à courre dans l’Oise, auquel s’ajoute la vingtaine d’accidents de chasse depuis le début de l’automne, a mobilisé l’opinion qui dénonce massivement ces dérives. Se sentant menacée, la Fédération nationale de la Chasse en appelle à Emmanuel Macron. Ridicule !

Le scandale de l’abattage d'un cerf dans une propriété privé lors d’une chasse à courre, ainsi que les nombreux accidents de chasse qui ont déjà fait 19 victimes (14 blessés et 5 morts) depuis son ouverture ont scandalisé l’opinion publique.

Les réseaux sociaux sont en émoi et se font très largement l’écho de citoyens exaspérés qui dénoncent ces incidents macabres, même s’il n’est pas question de cautionner tout propos contraire à la loi qui se doit d’être condamné. De nombreuses pétitions en ligne – dont celle de la Fondation 30 Millions d'Amis qui totalise plus de 100 000 signataires – mettent également en cause cette activité mortifère qui ne concerne qu’une minorité de personnes.

LES ASSOCIATIONS DE PROTECTION ANIMALE
QUALIFIÉES DE « TERRORISTES »


La Fédération nationale des Chasseurs – inquiète que l’image désastreuse renvoyée par les dérives de leur activité mette en péril les privilèges de ses membres – passe à l’attaque… en pleurnichant auprès du président de la République dans une missive totalement surréaliste. Une supplique qui pourrait paraître comique, tant elle est absurde, si elle ne traitait les associations de protection animale de... « terroristes » qui « incitent à la haine » et qu’il faut « dissoudre » ! Nous serions donc des monstres à museler, car nous les empêchons de pratiquer leur tuerie en toute quiétude...

Ladite fédération en veut pour preuve les 400 personnes qui ont manifesté dans l’Oise contre la vénerie, mais aussi tous ces promeneurs du dimanche qui, avec enfants et chiens, s’aventurent courageusement à travers champs et forêts au péril de leur vie, sous des salves de coups de fusils.

LES CHASSEURS : « L’AVENIR DE NOTRE PAYS »
SELON LEUR PRÉSIDENT


Les chasseurs ne supportent donc pas que « ces gens » – majorité jusqu’ici silencieuse et bafouée – aient l’audace de se plaindre ! Quant à leur Président, il considère que les chasseurs « portent en eux les valeurs fondamentales de l’espèce humaine » et sont « l’avenir de notre pays ». Rien de moins. Fort heureusement le ridicule ne tue pas, lui !

Alors devant les vociférations d’hommes armés, beaucoup renoncent à leurs promenades en période de chasse ou sortent la nuit, en catimini. C’est à se demander qui sont les victimes dans cette affaire…

Arrow L'article


_________________
«.. je ne mange pas d’animaux. Je ne digère pas l’agonie ».
Arielle Dombasle
avatar
Origami
Diffuseur
Diffuseur

Messages : 134
Date d'inscription : 18/02/2016

Polémique chasse dans l’Oise : le président de la République et le Président de la FNC se rencontrent.

Message  Origami le Jeu 9 Nov 2017 - 7:52

Le nouveau communiqué de presse de la FNC va faire plaisir aux chasseurs qui aiment la chasse à courre . Après les récents événements est les déclarations de chacun , le chef de l’état donne son avis sur la chasse et les engagements pris avant les élections.

Nous vous transmettons le communiqué officiel :

Polémique chasse dans l’Oise :
Le Président de la République confirme ses engagements à Willy Schraen La Fédération Nationale des Chasseurs (FNC) exprime une solidarité totale à l’égard du maitre d’équipage, Alain Drach, et du président de la Fédération Départementale des Chasseurs de l’Oise, Guy Harlé d’Ophove, qui ont fait l’objet d’une odieuse campagne de calomnies et de menaces de mort qui
méritent un traitement judiciaire exemplaire. Il est nécessaire de mettre un terme aux agissements de ces groupuscules d’extrémistes qui prônent la
haine, la violence et le meurtre au nom d’une pseudo défense des animaux qui n’est qu’un prétexte. Toutefois, la polémique a pris une nouvelle tournure après les déclarations de Nicolas Hulot qui a annoncé, sans la moindre concertation avec la Fédération Nationale des Chasseurs, « qu’il faudrait ouvrir un débat de société sur ce type de pratique de chasse qui interroge de plus en plus l’opinion publique ». Le ministre de la Transition écologique et solidaire en a profité pour aller plus loin et annoncer son intention « d’engager en 2018 une réflexion sur la condition animale en général », sans concertation avec le monde agricole non plus.

Le président de la FNC, Willy Schraen, « considère qu’il est particulièrement choquant d’entendre le ministre d’Etat réagir de façon excessive sur un fait divers sans le moindre intérêt, et afficher dans les médias sa vision personnelle contre la chasse à courre au nom de la moralité, de pratiques d’un autre siècle et de la défense de la propriété privée ».
C’est pour mettre un terme à cette polémique stérile que le président de la Fédération Nationale des Chasseurs, Willy Schraen, a souhaité prendre contact avec le Président de la République, il y a 48 heures. Lors d’un échange téléphonique très cordial, le Président de la République, Emmanuel Macron, a été direct et clair avec Willy Schraen. Il a confirmé « que les engagements pris au congrès de la FNC, devant l’ensemble des représentants du monde de la chasse, seraient tenus et qu’il n’était pas question d’ennuyer les chasseurs en remettant en cause un mode de chasse reconnu ».
Le Président de la République a aussi rappelé au Président de la FNC « que les chasses traditionnelles font partie du patrimoine de notre pays, elles ne nuisent en rien aux espèces que l’on chasse et elles sont le reflet des traditions d’un terroir et d’un mode de vie. » Il a été très clair sur le fait que la vénerie en faisait partie, et qu’il n’y avait aucune raison d’y porter préjudice.
Il a reconfirmé ses engagements tenus lors du congrès sur le fait qu’il « veut qu’on laisse respirer ceux qui les pratiquent, car ce sont des chasses encadrées et réglementées ».
Pour conclure l’échange, le Président Emmanuel Macron a confirmé l’audience prochaine qu’il accordera à la Fédération Nationale des Chasseurs pour faire le point sur les réformes de bon sens déjà engagées et qui vont aboutir prochainement ; faire aussi le point sur la réforme globale souhaitée par la FNC et renforcer l’engagement des chasseurs dans la défense de la biodiversité ordinaire, comme cela a été le cas sur les néonicotinoïdes.

Depuis cet échange, un dialogue direct a été rétabli avec Nicolas Hulot, ministre de tutelle de la chasse française, et une rencontre devrait avoir lieu prochainement pour poursuivre les négociations sur les nombreuses réformes qui mobilisent la chasse française sur la base des 30 propositions signées par François Patriat au nom de La République En Marche.

Arrow L'article


_________________
«.. je ne mange pas d’animaux. Je ne digère pas l’agonie ».
Arielle Dombasle

    La date/heure actuelle est Sam 18 Nov 2017 - 18:43