Le forum de la Protection Animale

Bienvenue sur le forum...

Bonjour vous pouvez vous enregistrer cela ne vous coute rien ce forum est gratuit

L'équipe modération.
Le forum de la Protection Animale

PA : Et vogue les rumeurs
@EtVLaR (facebook)


Un cerf abattu dans un jardin à La Croix Saint-Ouen !

Partagez
avatar
f-corp
Diffuseur
Diffuseur

Messages : 24
Date d'inscription : 08/06/2016

Un cerf abattu dans un jardin à La Croix Saint-Ouen !

Message  f-corp le Jeu 26 Oct 2017 - 10:25


Ce samedi 21 octobre, un habitant de La Croix Saint-Jean contacte notre collectif AVA (Abolissons la Vénerie Aujourd’hui). Les membres les plus proches se rendent immédiatement sur place. Voici le récit de l’un d’entre eux.


15H10 : Le cerf se retrouve acculé au grillage d’un jardin donnant sur la forêt, il saute le grillage et vient se réfugier non loin de la maison. Il est allongé, tranquille, non blessé. Il est épuisé et a besoin de repos. Il ne présente aucune menace. Les gendarmes arrivent, ils sont peu nombreux, les voisins sortent dans la rue, des suiveurs sont présents aussi.


16H05 : Alain Drach, maître d’équipage, arrive sur place : « On sait ce qu’on a à faire ». Les gendarmes s’éloignent et le laissent prendre la main. Par facilité, ces derniers décident de confier la tâche à un « spécialiste » auto-proclamé.
Le cerf, apeuré par l’agitation et les cris d’A.D., fait plusieurs sauts et s’arrête dans le jardin voisin, où il atterrit finalement dans une descente de garage. Notons que le danger était bien plus important en effrayant le cerf, qu’en le laissant se reposer et repartir une fois la nuit tombée.

Le « spécialiste » prend les commandes

Les gendarmes dépassés par la situation


16H12 : Alain Drach entre dans le jardin. Les propriétaires sont absents. La gendarmerie nous affirme qu’ils ont donné leur accord au téléphone. Quelqu’un demande « Un accord pour qu’ils le tuent dans sa cour ? », le gendarme répond « Oui, Monsieur ». Une voisine nous rétorque que les propriétaires sont contre la chasse à courre.
Sa petite fille pleure. Les riverains n’ont pas leur mot à dire. Beaucoup sont horrifiés par la violence de cette scène. Ils sont tous d’accord pour le laisser reprendre des forces et repartir plus tard en forêt. Les coups de fouet retentissent et le chasseur pousse des « héé héé héé » nasillards pour effrayer le cerf, ayant soit disant pour but de « le ramener jusque dans la forêt ». Seulement, les voisins s’inquiètent et se doutent que le cerf sera tué une fois dans la forêt. Un gendarme nous rassure et nous dit « Il ne va pas le tuer ! ».

Violation de domicile

Les veneurs le passent à tabac pour « le faire sortir »

L’animal « agressif et dangereux »

Après 45 minutes de coups de fouet, il n’est que superficiellement blessé au visage. A.D. n’a aucune raison de l’abattre.
Comment peut-on prendre plaisir à torturer ce pauvre animal venu chercher un abri auprès des habitants ? Il n’y avait aucune raison de lui assener des coups. Si vraiment on voulait le ramener dans la forêt, alors il aurait fallu s’écarter et le laisser tranquille, en établissant simplement un périmètre de sécurité. La forêt n’était qu’à quelques mètres de lui, par l’arrière du jardin, portillon ouvert.

16H50 : Une voisine a enfin la propriétaire de la maison au téléphone et me confirme que celle-ci n’est pas d’accord pour que le cerf soit tué dans son jardin. Elle déclarera plus tard à France3:
« J’ai pas donné mon autorisation pour tuer. Je leur ai même dit que je ne voulais pas qu’on le tue.  »

Je cours donc avertir un autre membre du collectif, je m’exclame avec espoir que les propriétaires n’ont jamais donné leur accord.
Mais deux détonations résonnent dans le quartier.
Le cerf est abattu devant les yeux choqués des voisins et des enfants.
Il n’y avait aucune raison d’abattre ce cerf, sauf pour constituer un trophée de plus dans le salon du chasseur.


17H : le corps du cerf est traîné jusqu’à l’arrière du jardin, puis dans la forêt, et chargé dans un camion.


17H10 : Les gendarmes m’empêchent de prendre une photo (depuis la rue) de la mare de sang dans le jardin. Ils attendent que les veneurs viennent nettoyer. Nous attendrons avec eux plus d’une heure qu’ils viennent nettoyer et réparer les dégâts comme le grillage par exemple. Durant ce long moment, nous discutons avec les gendarmes et je demande ce qui se serait passé si les propriétaires avaient refusé l’entrée aux veneurs dans leur jardin. Le gendarme m’affirme que cela n’aurait rien changé. Je lui demande alors pourquoi il les a appelés. Il me répond que c’était juste pour les informer de la situation. Je pense réellement que la gendarmerie n’a pas cherché d’autre alternative que d’abattre le cerf. Il ont laissé faire le « spécialiste ».


Les voisins ne se sentiront plus en sécurité chez eux. Personne n’oubliera cette triste histoire qui a eu lieu Rue des Veneurs.
Contrairement à ce que prétend la Société de Vénerie, ce genre d’incidents n’a rien d’extraordinaire, c’est le lot commun des habitants et des animaux des forêts. Si cette histoire est autant médiatisée aujourd’hui, c’est simplement que les vidéos sont rares. Nous avons vite pu venir sur place pour filmer et informer les journalistes. Malheureusement nous étions trop peu nombreux cette fois pour réussir à sauver l’animal.

Le malheureux cerf tué par Alain Drach, un mois plus tôt lors du brâme.

Soyons solidaires et mobilisons-nous dès le moindre incident ! C’est de cette façon que nous serons efficaces. On ne peut pas laisser triompher cette barbarie dans nos campagnes et dans nos villes. Au contraire, protégeons la Vie.

http://ava-picardie.org/2017/10/24/video-exclusive-ava-cerf-abattu-jardin-a-croix-saint-ouen/


_________________
Un Vegan ne se viande pas, il se gaufre.
avatar
Origami
Diffuseur
Diffuseur

Messages : 134
Date d'inscription : 18/02/2016

Chasse à courre : La Fondation choquée par l’abattage d’un cerf dans un jardin privé

Message  Origami le Sam 28 Oct 2017 - 0:32

Alors qu’il était venu se réfugier dans un jardin privé à La Croix Saint-Ouen, dans l'Oise, un cerf a été abattu par des chasseurs à courre devant des riverains. La Fondation 30 Millions d’Amis est scandalisée par cette histoire !



L’histoire a choqué de nombreux riverains de La Croix Saint-Ouen (60) : ce samedi 21 octobre 2017, un cerf a dû se réfugier dans le jardin privé d’une maison pour échapper à des chasseurs à courre. Ces derniers l’ont poursuivi et ont d’abord tenté de le faire sortir à coup de fouet avant que l’un d’entre eux escalade finalement le portail pour abattre l’animal à coup de fusil.

Une scène absolument horrible que la Fondation 30 Millions d’Amis condamne. Pourtant, cette situation serait légale pour la gendarmerie de Compiègne interrogée par Le Courrier Picard. « Les propriétaires doivent être contactés, ils l’ont été, mais ils ne décident pas. Les chasseurs qui sont responsables des agissements du cerf chassé doivent finir la chasse » explique-t-elle.

L’ACCORD DES PROPRIÉTAIRES : INDISPENSABLE
S’il s’avère que les propriétaires de la maison, absents ce jour-là, ont réellement été informés, leur accord était indispensable pour tuer l’animal : en effet, l’article R428-1I du Code de l'environnement - Article R428-1I précise « Nul n'a la faculté de chasser sur la propriété d'autrui sans le consentement du propriétaire ou de ses ayants droit. ».

De plus, dans le cadre du « droit de suite » qui permet à un chasseur de continuer sa chasse même lorsque l’animal entre dans une habitation privée, le chasseur doit d’abord prouver que l’animal était mortellement blessé ou épuisé. Ce qui ne semble pas être le cas ici. Les chiens qui le poursuivaient étant partis, le cerf n’était plus aux abois et ne paraissait pas blessé.

UNE MISE À MORT PAS RÉGLEMENTAIRE
De plus, les chasseurs ont négligé la sécurité d’autrui. Ils auraient dû réagir avant que le cerf ne se dirige vers la ville où il aurait pu provoquer des accidents.

Quant à l’utilisation d’un fusil pour achever l’animal devant les voisins, c’est là encore une mise en danger d’autrui !


UN ARRÊTÉ EN VIGUEUR
Du côté de la mairie de La Croix Saint-Ouen, on se dit indigné. Le maire avait justement pris des dispositions pour parer aux évènements de ce type, réguliers sur la commune. Depuis 2006, un arrêté interdit la chasse à courre dans la ville. Un arrêté qui s’appliquait et qui a été bafoué allégrement.

DE PRÉCÉDENTS CAS
Il y a quelques années, l’émission 30 Millions d’Amis avait consacré un reportage sur un fait similaire dans le Tarn. En novembre 2008, un cerf avait été poursuivi jusque dans le salon d’une famille à Larroque et abattu en sa présence. Une chasse condamnée par le Tribunal Correctionnel de Gaillac dont la Cour d’Appel de Toulouse avait confirmé le jugement pour « chasse sur le territoire d’autrui », par un retrait du permis de chasse des contrevenants et 1000 euros d’indemnités pour les propriétaires de la maison (octobre 2009).

Arrow L'article


_________________
«.. je ne mange pas d’animaux. Je ne digère pas l’agonie ».
Arielle Dombasle
avatar
Origami
Diffuseur
Diffuseur

Messages : 134
Date d'inscription : 18/02/2016

Affaire Alain Drach : La suite

Message  Origami le Sam 28 Oct 2017 - 20:13

Pas content le petit monsieur d'avoir reçu 150 menaces suite à son factum horribilis du we dernier
Que 150 d'ailleurs ? Aurions nous été mous dans les partages ?

Allez chouine pas, tu t'en sors bien a l'heure ou 79% de la population est opposée à la chasse à courre (sondage Ipsos 2010), cette tradition monarchique surannée d'une barbarie immonde, ce pseudo loisir réservé aux adeptes de la torture et du sang versé, cette pratique derrière laquelle l'argument habituel de "régulation" deviendrait presque risible.

A force de cruauté journalière et à l'heure des réseaux sociaux, tu te doutais bien qu'un jour ça aller te tomber sur la gueule... non ? 
Car on ne peut pas toujours se réfugier dernière la loi pour justifier de ses agissements digne d'un humain sous évolué.

Et c'est donc "droit dans ses bottes" que Monsieur Maitre du Monde nous explique que peu lui chaut l'avis du propriétaire pour faire intrusion dans une propriété privée (et on peut s'étonner de le voir escalader la clôture alors même que la porte arrière du jardin avait été ouverte par la voisine), peu lui chaut l’arrêté du maire interdisant la pratique de la chasse à courre à cet endroit, peu lui chaut le courroux des passants et les pleurs des enfants,.. 
Mais comment pourrait il en être autrement quand on a un coeur aussi congelé.

Et ohh gros baltringue, tu ne sais pas que pour déloger un animal tétanisé de peur et de fatigue, on ne l'accule pas et on ne le fouette pas pendant 50 minutes ? 
On laisse la porte ouverte et on se casse gentiment le temps qu'il s'apaise et reparte d'un bond dans la forêt.
A ton âge, tu ne t'étais jamais rendu compte que pour apaiser un être vivant on le laisse tranquille au lieu de le tabasser ? 
 Rien ne te fera pardonner, mais commence par nous copier 3000 fois le mot empathie..

Et cesse donc de nous prendre pour des cons du haut de ton cheval, que tu maltraites également de derrière tes bottes munies d'éperons moyenâgeux. 
Car cet événement au delà de la cruauté qui nous a tous retourné le coeur, montre toute la perversité malsaine dont tu as fait ta cause, ta vie, ton oeuvre.
L'emblème même de la cruauté gratuite que de tabasser et massacrer un être innocent.

Oui tu n'es qu'un minable assassin multi récidiviste.
Ou comment avoir des aieuls prestigieux et travailleurs et n'être qu'une racaille d'héritier incompétent qui n'a plus que la soumission des faibles pour se sentir puissant.

Puisse la mairie, les propriétaires de la maison, les témoins présents, et la justice te foutre la raclée que tu mérites.. malgré l'impunité dont nous savons tous que tu bénéficieras.

Catherine Moutarde
Association Croc Blanc


_________________
«.. je ne mange pas d’animaux. Je ne digère pas l’agonie ».
Arielle Dombasle
avatar
Origami
Diffuseur
Diffuseur

Messages : 134
Date d'inscription : 18/02/2016

Oise : les chasseurs qui ont abattu un cerf privés de chasse pendant un mois

Message  Origami le Sam 28 Oct 2017 - 22:21

Le maître d'équipage qui a abattu un cerf dans le jardin d'un pavillon samedi dernier a été suspendu jusqu'à la fin de la saison de chasse à courre tandis que son équipage a dû annuler toutes ses battues pendant un mois.

L'abattage d'un cerf dans le jardin d'un pavillon de Lacroix-Saint-Ouen (Oise) samedi dernier avait provoqué un vif émoi. En conséquence de cet incident, la Société de Vénerie a décidé se suspendre l'équipage pendant un mois, rapporte Le Parisien.

Des "négligences". Bien qu'il n'y ait pas eu d'infraction, il est reproché à cet équipage de ne pas avoir pris "toutes les dispositions nécessaires". La chasse à courre étant interdite dans ce village au titre d'un arrêté municipal, les chasseurs auraient dû considérer la zone comme "sensible". Il y aurait donc eu des "négligences" qui ont abouti à l'abattage de l'animal poursuivi dans le jardin d'un pavillon.

Le maître d'équipage suspendu. Le "maître d'équipage", Alain Drach a été suspendu jusqu'à la fin de la saison, soit en mars prochain. Quant au reste de son équipe, elle a été contrainte à annuler toutes ses sorties de chasse prévues pendant le mois à venir. Et pour éviter que de telles situations ne se reproduisent, la Futaie des Amies devrait définir des "zones sensibles" dans la forêt de Compiègne, rapporte Le Courrier Picard.

Une enquête ouverte. Le parquet de Compiègne a confirmé avoir ouvert une enquête pour "constater ou pas les infractions de droit commun mais aussi de chasse".

Arrow L'article


_________________
«.. je ne mange pas d’animaux. Je ne digère pas l’agonie ».
Arielle Dombasle
avatar
PA Gelle
Association
Association

Messages : 81
Date d'inscription : 16/10/2016
Age : 1

Re: Un cerf abattu dans un jardin à La Croix Saint-Ouen !

Message  PA Gelle le Dim 29 Oct 2017 - 9:43

Véronique Castella de l'association Savoir Donner ne trouve pas utile d'agir contre la chasse à courre sous prétexte que dans son pays cette pratique n'existe pas.



_________________

    La date/heure actuelle est Sam 18 Nov 2017 - 18:42